Positionnement souterrain en grotte d’une rivière souterraine


Pour ce projet, nous avions une problématique particulière. Notre client, une station de ski, souhaitait réaliser un forage dans une rivière souterraine en milieu karstique. Ayant sollicité successivement un hydrogéologue, puis un groupe de spéléologues locaux, puis une entreprise de positionnement souterrain, plusieurs forages avaient été réalisés et aucuns n’avaient pu déboucher sur de l’eau.

La rivière souterraine (ou plutôt le drain) est accessible par un siphon situé à 380m de profondeur et à plus d’un kilomètre de galeries souterraines de l’entrée.
Les forages avaient été réalisés sur la base de topographies réalisées par des spéléologues amateurs. Or, avec des conditions difficiles (froid, boue, humidité, verticalité) et l’incertitude cumulée des mesures, une topographie souterraine, même levée avec le plus grand soin reste précise à quelques pourcents, soit, sur une grotte d’un kilomètre, plusieurs dizaines de mètres d’erreur finale.

Pascal Orchampt et son "GPS souterrain"
Le récepteur est couplé à un dispositif qui détecte automatiquement les signaux provenant de la surface (et vice-versa)

Pascal Orchampt, électronicien chez NOT Engineers, a développé une balise magnétique spécifique pour ce positionnement souterrain, ultra précise et adapté aux grandes profondeurs. Les balises qui existent ailleurs sont conçues selon un fonctionnement largement décrit, précis pour des profondeurs inférieures à 50m, mais où les parasites électromagnétiques rendent l’utilisation peu fiable au delà de 150m.
la balise NOT Engineers, qu’une puissance de 50W peut émettre durant 60h d’affilée...

A la suite de notre intervention et en reprenant l’ensemble des travaux (topographie et balisage magnétique), NOT Engineers a pu, avec un bon intervalle de confiance, recaler la position des galeries souterraines par rapport à la surface.

Repérage souterrain d’une grotte par balise magnétique
Sur cette carte, nous voyons l’ancienne topographie existante (couleurs pâles),et la nouvelle, repositionnée par rapport à la surface. On comprend bien pourquoi le forage X, réalisé sur la base de la topographie spéléologique, n’a rien donné : il tombe à 40 mètres du siphon. note : pour des raisons de confidentialité, les données ont été légèrement modifiées

lire la suite : Positionnement subaquatique d’un siphon