Positionnement subaquatique d’un siphon


(suite de la mission précédente, Positionnement souterrain en grotte d’une rivière souterraine)
Rappel : Notre client souhaitait réaliser un forage dans une rivière souterraine en milieu karstique. Les méthodes qu’il avait utilisées s’étaient avérées infructueuses.
La rivière souterraine (ou plutôt le drain) est accessible par un siphon à 380m de profondeur et plus d’un kilomètre de galeries souterraines.

Le gouffre s’ouvre à 1800m d’altitude. Les explorations ont lieu en hiver, pour une meilleure stabilité météorologique. Les niveaux d’eau à l’intérieur sont au plus bas.

Dégagement de l’entrée du gouffre, sous quelques mètres de neige

Après avoir recalé la topographie existante, nous avons procédé au positionnement du siphon en lui-même. La balise de positionnement souterrain de NOT Engineers est étanche à 100m, et notre scaphandrier est allé poser la balise en pleine eau au fond du siphon qui avait été reconnu sur 80m.

Grâce à notre méthodologie, nous avons pu déterminer pour notre client un lieu de forage avec un intervalle de confiance rassurant.

Le scaphandrier, avant une immersion dans la grotte
Une plongée spéléo en scaphandre autonome ressemble beaucoup à une immersion dans l’espace : le scaphandrier ne peut compter que sur lui, dans le noir absolu, une eau à 2°C, et ses propres réserves d’oxygène embarquées, et sans possibilité de retour rapide.
Repérage souterrain d’une grotte par balise magnétique
Sur cette carte, nous voyons l’ancienne topographie existante (couleurs pâles),et la nouvelle, repositionnée par rapport à la surface. On comprend bien pourquoi le forage X, réalisé sur la base de la topographie spéléologique, n’a rien donné : il tombe à 40 mètres du siphon. note : pour des raisons de confidentialité, les données ont été légèrement modifiées

lire la suite : exploration d’un galerie noyée encore inconnue

Au départ d’une des plongées